ecole-formation-pilotage-helicoptere-paris

Ecole de pilotage

01 39 43 87 38

specifications-techniques-guimbal-cabri-g2

Description d'un hélicoptère

Anatomie d'un hélicoptère : le moteur est en marche et le rotor tourne

Sikorsky et quelques-uns de ses contemporains ont apporté une rigueur technique sur le terrain qui a finalement rendu le vol vertical sûr, pratique et fiable. Alors que le Russe fou de vol continuait d'affiner ses conceptions d'hélicoptères, il a élaboré les exigences fondamentales qu'une telle machine devait avoir pour réussir, y compris :

-un moteur approprié avec un rapport puissance/poids élevé

-un mécanisme pour contrer l'action du couple rotor

 -des commandes appropriées afin que l’aéronef puisse être piloté en toute confiance et sans   défaillances  catastrophiques

-un cadre structurel léger

-un moyen de réduire les vibrations

Bon nombre des pièces de base vues sur un hélicoptère moderne sont nées de la nécessité de répondre à une ou plusieurs de ces exigences de base.

La pale du rotor principal: La pale du rotor principal remplit la même fonction que les ailes d'un avion, fournissant une portance pendant que les pales tournent. La portance étant l'une des forces aérodynamiques critiques qui maintient l'avion en altitude. Un pilote peut affecter la portance en changeant les révolutions du rotor par minute (RPM) ou son angle d'attaque.

Stabilisateur (uniquement sur certains modèles d'hélicoptère) : La barre de stabilisateur se trouve au-dessus et à travers la pale du rotor principal. Son poids et sa rotation amortissent les vibrations indésirables dans le rotor principal, ce qui aide à stabiliser l'engin dans toutes les conditions de vol. Arthur Young, le monsieur qui a conçu l'hélicoptère Bell 47, est crédité d'avoir inventé la barre de stabilisateur.

Mât de rotor : Aussi connu sous le nom d'arbre de rotor, le mât relie la transmission à l'assemblage du rotor.

Transmission : Tout comme dans un véhicule à moteur, la transmission d'un hélicoptère transmet la puissance du moteur aux rotors principaux et de queue. La boîte de vitesses principale de la transmission descend la vitesse du rotor principal afin qu'il ne tourne pas aussi rapidement que l'arbre du moteur. Une boite de vitesse secondaire démultiplie elle la vitesse de rotation de l’arbre de transmission afin que le rotor de queue, beaucoup plus petit, puisse tourner plus vite que le rotor principal.

Moteur : Le moteur génère de la puissance pour l’aéronef. Les hélicoptères possèdent des moteurs à essence ou utilisent des moteurs à turbine à gaz comme ceux que l'on trouve dans les avions de ligne commerciaux.

Fuselage : Le corps principal de l'hélicoptère est connu sous le nom de fuselage. Dans de nombreux modèles, une verrière en plastique sans cadre entoure le pilote et se connecte à l'arrière à un cadre en aluminium. L'aluminium n'a pas été largement utilisé dans les applications aéronautiques jusqu'au début des années 1920, mais son apparence a aidé les ingénieurs à rendre leurs hélicoptères plus légers.

Levier cyclique : Un pilote d'hélicoptère contrôle la hauteur, ou l'angle, des pales du rotor à deux entrées : les leviers cycliques et collectifs, souvent raccourcis au cyclique et au collectif. Le cyclique sort du plancher du poste de pilotage et se trouve entre les jambes du pilote, ce qui permet à une personne d'incliner l'embarcation de l'autre côté ou vers l'avant et vers l'arrière.

Levier de pas collectif : Le levier de la pas collectif est responsable des mouvements de haut en bas. Par exemple, pendant le décollage, le pilote utilise le levier de pas collectif pour augmenter l’angle d’attaque de toutes les pales du rotor de la même valeur.

Le palonnier : Une paire de pédales de pied commande le rotor de queue. Cette commande se nomme « le palonnier ». Le travail des pédales affecte la façon dont l'hélicoptère pointe, donc pousser la pédale droite dévie la queue de l'hélicoptère vers la gauche et le nez vers la droite; la pédale de gauche tourne le nez vers la gauche.

Poutre de queue : La poutre de queue s'étend de l'arrière du fuselage et tient les assemblages de rotor de queue. Dans certains modèles, la poutre de queue n'est rien de plus qu'un cadre en aluminium. Dans d'autres, c'est un tube creux en fibre de carbone ou en aluminium.

Rotor de queue anti-couple : Sans rotor de queue, le rotor principal d'un hélicoptère fait simplement tourner le fuselage dans la direction opposée. Heureusement, Igor Sikorsky a eu l'idée d'installer un rotor de queue pour contrer cette réaction de couple et fournir un contrôle directionnel. Dans les hélicoptères birotor, le couple produit par la rotation d’un rotor est compensé par le couple produit par le second rotor en contre-rotation.

Patins d'atterrissage : Certains hélicoptères ont des roues, mais la plupart ont des patins, qui sont des tubes creux sans roues ni freins. Quelques modèles ont des patins avec deux roues de manutention au sol.

Le rotor principal : bien sûr, est la partie la plus importante d'un hélicoptère. C'est aussi l'un des plus complexes en termes de construction et d'exploitation. Le rotor principal d'un hélicoptère est la partie la plus importante de l’hélicoptère. Il fournit la portance qui permet à l'hélicoptère de voler, ainsi que le contrôle qui permet à l'hélicoptère de se déplacer latéralement, faire des virages et changer de vitesse. Pour gérer toutes ces tâches, le rotor doit d'abord être incroyablement solide. Il doit également être en mesure d'ajuster l'angle des pales du rotor à chaque révolution qu'ils font. Le pilote communique ces ajustements au moyen d'un dispositif connu sous le nom de plateau cyclique.

Le collectif permet à l'assemblage de changer simultanément l'angle de toutes les lames. Cela augmente ou diminue la portance que le rotor principal fournit à l’hélicoptère, ce qui permet à l’aéronef de prendre ou de perdre de l'altitude.